Éducation

La langue et la culture française sont en pleine dynamique dans le monde et en particulier dans notre circonscription : accords bilatéraux qui se multiplient, inscriptions croissantes dans les Alliances et les Instituts, listes d’attente dans les lycées français AEFE, succès du système public français en Andorre… Le Brexit semble donner une opportunité supplémentaire à notre langue et au rayonnement de nos modèles éducatifs et culturels. Saisissons-là !

Le réseau éducatif français, avec plus de 150 ans d’existence et près de 500 établissements scolaires répartis dans 135 pays, est en effet un réseau unique dans le monde. Il s’est construit au fil du temps une réputation d’excellence et il est aujourd’hui l’un des premiers piliers du rayonnement et de l’influence de la France à l’étranger. En gestion directe, conventionnés ou partenaires, tous les établissements homologués permettent également à nos enfants français de bénéficier d’une éducation à la française dans un environnement biculturel et toujours plurilingue. C’est un outil géostratégique formidable et indispensable qui est aujourd’hui mit en danger.

Il existe pourtant des solutions pour rendre au réseau AEFE son dynamisme, pour qu’il soit plus accessible aux familles aux revenus les plus modestes, tout en renforçant un pilotage central autant que participatif, qui rendra également le réseau plus homogène qu’il ne l’est aujourd’hui. Avec le mouvement de rassemblement des Français-es de l’étranger, « Agissons Ensemble », nous nous voulons force de proposition :

AU SEIN DE LA AEFE

  • Exiger la récupération des sommes retirées, le maintien des postes et le maintien du réseau actuel.
  • Développer la mutualisation existante dans la zone Espagne/Portugal, en impliquant plus les différents acteurs, familles, enseignants et autres personnels.
  • Donner un vrai pouvoir de décision aux Conseils d’Établissements des EGD (Établissements en Gestion Directe) et mieux travailler à l’inclusion de l’ensemble des acteurs dans les autres établissements.
  • Renforcer le rôle central de l’AEFE, comme garantie de la qualité de l’enseignement, en lui donnant les moyens financiers d’un véritable pilotage.
  • Proposer que les fonctionnaires détachés des lycées français de l’étranger puissent être affectés dans un espace particulier du Ministère de l’Education Nationale, plutôt que des Affaires Étrangères.
  • Réviser le barème des bourses 2013 et doubler l’enveloppe globale pour suivre la croissance des tarifs et des inscriptions dans le réseau mondial.
  • Assouplir le plafond d’emplois pour répondre à la demande et éviter que les Français soient exclus du réseau AEFE.
  • Conditionner l’homologation des établissements à des garanties de modération tarifaire de la part des centres scolaires, ainsi qu’au respect d’une charte à la fois sociale et de développement durable, souple mais qui donne des garanties.
  • Pour les personnels : cesser la discrimination au détachement selon les académies d’origine.
  • Recréer un vrai réseau de service public d’éducation en réduisant les inégalités de localisation.

AU-DELÀ DU RÉSEAU AEFE

  • Proposer des solutions et un soutien financier aux familles françaises qui, soit pour des raisons financières, soit pour des raisons géographiques, ne peuvent pas avoir recours aux écoles du réseau.
  • Renforcer les dynamiques de coopération avec les sections bilingues et bachibac.
  • Soutenir le développement de l’offre des structures FLAM (Français Langue Maternelle).
  • Créer un espace de mutualisation Français Langue Étrangère pour les associations FLAM et familles isolées

Des idées ? Nous Françaises et Français de l’étranger nous sommes riches de notre ouverture, de notre diversité, de notre dynamisme. Dites nous ce que vous souhaiteriez changer et construisons l’avenir ensemble.